mardi 25 mars 2014

KIKI vole !

Merci à Marcia et Bruno qui ont commis ce petit prodige :
Je crois bien qu'elle a rejoint sa copine BERTHA 
pour papillonner de concert.

vendredi 14 mars 2014

Explosion naturelle

Cette explosion a débuté depuis quelques jours déjà (les photos ont été prises les 9 et 11 mars), en avance d'au moins quinze jours sur le calendrier (il y a deux ans, j'avais conté fleurette le 25 mars).

Le Printemps de Vivaldi ou la Symphonie Pastorale de Beethoven auraient été bienvenus, mais j'aime bien brouiller les pistes !
video
  Il s'agit de la "farandola del martis" extraite de 
produit par l'association CORDEA / La Talvera, qui oeuvre à la conservation et à la diffusion du patrimoine culturel occitan. Ses activités s'étendent dans plusieurs directions : la recherche, l'édition, la diffusion, la création et la formation.

Cette farandole se décompose en trois parties :
Partie 1 : On se met par deux, côte à côte, sur un cercle, en se tenant les bras enlacés dans le dos. Les garçons sont à l'intérieur de la ronde. On tourne dans le sens des aiguilles d'une montre en faisant 16 pas.
Partie 2 : On se place en ronde, en alternant garçon, fille. On envoie la jambe droite devant soi vers la gauche puis la jambe gauche devant soi vers la droite en sursautant, le tout 8 fois.
Partie 3 : Chaîne anglaise : les filles tournent dans le sens des aiguilles d'une montre et commencent par tendre la main droite. Les garçons se retournent et tournent en sens inverse des aiguilles d'une montre en tendant d'abord la main droite.

C'est mon premier diaporama musical, merci de votre indulgence !


lundi 10 mars 2014

Acrostiche

"n.m. Pièce de vers composée de telle sorte qu'en lisant dans le sens vertical la première lettre de chaque vers, on trouve le mot pris pour thème, le nom de l'auteur ou celui du dédicataire." me dit le Petit Larousse illustré de 1986. Et il donne l'exemple d'"un acrostiche fait sur Louis XIV par un solliciteur au gousset vide :
Louis est un héros sans peur et sans reproche
On désire le voir. Aussitôt qu'on l'approche
Un sentiment d'amour enflamme tous les cœurs :
Il ne trouve chez nous que des adorateurs ;
Son image est partout, excepté dans ma poche"

J'ai qualifié le mien de "faux" acrostiche car est-il seulement composé de vers ?

Je souhaitais vous faire partager ce mot depuis quelques temps déjà, car j'en ai croisé trois l'été dernier. Deux au musée de Colette, écrits à la craie sur le tableau noir. Mais je n'ai pas eu le réflexe "clic-clac" pour les immortaliser sur la pellicule. Ce qui n'est pas la cas du troisième :
photographié à HAUSSIMONT "[ ] village agricole situé au bord de la Somme au cœur des vastes plaines champenoises. Depuis près d’un demi-siècle ses habitants œuvrent  pour leur cadre de vie, et Haussimont n’a cessé d’accumuler des récompenses [ ]. En effet, le village a développé son attractivité dans une démarche d’embellissement et de développement durable, avec la biodiversité comme fil conducteur de tous ses aménagements."
Ce village ne compte pas moins de 7 jardins à thème, dont la Place Fontaine Rouge,
  
  le jardin des plantes textiles et tinctoriales
et un jardin sensoriel (que je viens de découvrir sur le site officiel de la commune d'HAUSSIMONT sur lequel je vous invite à aller faire un tour) "né d’une réflexion entre les élus [du] village, sur la prise en compte des différents handicaps et notamment sur l’accessibilité dans les espaces touristiques. Son but est de nous sensibiliser à toutes formes d'handicaps et d’encourager un tourisme accessible à tous. [  ] Par le biais de chambres végétales, notre jardin évoque les cinq sens, à savoir : l’ouïe, l’odorat, le goût, le toucher et la vue. Le végétal, et le minéral ont été sélectionnés de façon à stimuler les sens :- L’ouïe est suggérée par le bruissement des feuilles des différents arbres, arbustes et le murmure de l’eau.- Le toucher que l’on peut ressentir en caressant les écorces subéreuses ou lisses de certains arbres, ou encore les feuilles duveteuses ou rugueuses.- Le goût se retrouve dans le verger composé de plusieurs variétés de fruits rouges que l’on peut éventuellement déguster sur place à la belle saison.- La vue est symbolisée par une large palette de couleurs vives et pâles qu’offrent pour notre plaisir, les magnifiques rosiers, les différents cornouillers et autres arbustes aux feuillages colorés.- L’odorat est stimulé avec de nombreux végétaux retenus pour leurs vertus particulièrement enivrantes, et leurs senteurs douces et fruitées." Cela donne vraiment envie d'y retourner !

J'ai pris aussi le temps de relire "Un long dimanche de fiançailles" écrit par Sébastien Japrisot en 1991 car il me semblait qu'il contenait un acrostiche, que j'ai cherché en vain.

"Il étaient cinq.
Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Cinq soldats qu'on a jetés dans la guerre de Picardie, un soir de janvier 1917, devant la tranchée ennemie, pour qu'on les tue. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n'avait pas vingt ans.
A l'autre bout de la France, la paix venue, Mathilde veut avoir la vérité sur cette ignominie. Elle a vingt ans elle aussi, elle est plus désarmée que quiconque, mais elle aimait le Bleuet d'un amour à l'épreuve de tout, elle va se battre pour le retrouver, mort ou vivant, dans le labyrinthe où elle l'a perdu.
Tout au long de ce qu'on appellera plus tard les années folles, quand le jazz aura couvert le roulement des tambours, ses recherches seront ses fiançailles. Mathilde y sacrifiera ses jours et, malgré le temps, malgré le mensonge, elle ira jusqu'au bout de l'espoir insensé qui la porte."

Cette histoire nous entraine aux côtés de Mathilde qui accumule les indices et multiplie les rencontres avec les témoins et acteurs du drame qui s'est joué à "Bingo Crépuscule". Une lettre codée -que je pensais être un acrostiche-, écrite par un des condamnés à mort, sera une pièce capitale pour remonter jusqu'à la trace du Bleuet :
"Chère épouse,
             Je            t'écris cette lettre pour t'avertir
que je    serai        sans t'écrire un moment. Dis au
père      Bernay    que je veux tout régler pour le 
début    mars,       sinon tant pis pour lui. il
nous     vend         son engrais trop cher. Je pense 
malgré  tout           qu'il fera l'affaire.
            Dis           à mon titou que je l'embrasse fort
et que   rien          de mal ne peut lui arriver pourvu
qu'il      écoute      sa maman chérie. Moi, je connais 
encore  personne d'aussi bon. Je t'aime,
            Benoît"

Un livre à lire ou relire en cette année de célébration. Lorsqu'il a été adapté au cinéma en 2004 par Jean-Pierre Jeunet, j'ai hésité à aller le voir, par peur d'être déçue. Souvent je préfère rester sur l'image mentale que je me suis créée à la lecture du livre. Mais j'aime bien Audrey Tautou, qui interprétait Mathilde, et j'ai un faible pour Clovis Cornillac. Et j'étais restée sous le charme du Fabuleux destin d'Amélie Poulain. Alors ... cela faisait trois bonnes raisons d'aller voir le film. Je ne l'ai pas regretté. Le cinéaste avait fait le choix d'un montage photo en sépia. Aussi ce film me revient en mémoire chaque fois que la campagne s'habille de lumière dorée sous l'effet des rayons du soleil proche de l'horizon.

samedi 1 mars 2014

Papillonnage de cousette

Pourquoi ouvrir un nouveau blog
Alors que le temps me manque déjà
Pour alimenter celui-ci ?
Il me faut avouer que
La passion de
La couture et mes goûts esthétiques
Orientent depuis quelques années
Nombre de mes actes et pensées.
Non content de coudre
Avec assiduité, je m'intéresse aussi aux 
Gazettes féminines d'antan et aux
Expositions

Dédiées aux vêtements
Et à leurs accessoires (histoire, créateurs, techniques).

Ce nouveau blog ne sera sans doute pas
Original. Je l'envisage
Utilitaire (conseils de fabrication), culturel (reportages d'exposition)
Sociologique et historique (évolution des pratiques) mais aussi 
Ecrin de mes créations.
Tout un programme de 
Transmission que j'espère mener avec 
Elégance à défaut de constance 






(Enfin, j'ai réussi à placer et à écrire un (faux) acrostiche !)